En images : Aider les familles à se rétablir après le choc du déplacement

Two community members reviewing a spreadsheet.
Déplacée en octobre 2020, Francine Munoro (à gauche) a participé à une foire d'urgence de Mercy Corps en Avril 2021 avec son hôte, Carine Love (à droite).

Read the English version ▸

Francine Munoro, 36 ans, a fui sa maison en octobre 2020 alors que des coups de feu éclataient autour d'elle. Depuis la brousse près de sa maison, elle a vu avec horreur des hommes armés ouvrir le feu, tuant ses voisins.

Lorsque Francine et ses sept enfants sont arrivés dans la ville voisine, l'église et l'école étaient déjà pleines de personnes déplacées et ils ont donc dormi dehors, se réfugiant avec d'autres familles devant la maison du chef local.

Après un mois, ils ont décidé de tenter leur chance et de retourner dans leur village, mais ils ont trouvé leur maison et leurs terres occupées par les assaillants. “Nous ne pouvions pas entrer dans nos champs car ils étaient remplis d'explosifs", a déclaré Francine, dont la famille a longtemps subsisté grâce à ses terres agricoles. "Parfois la récolte était bonne, d'autres fois moins, mais nous avions toujours assez à manger", dit-elle en évoquant les pommes de terre, les haricots et le maïs qu'ils cultivaient chez eux.

Francine et son mari sont retournés en ville, où ils ont continué à dormir dehors, jusqu'à ce qu'ils rencontrent Carine Love, 29 ans, mère de cinq enfants. "C'est ma sœur maintenant", dit Francine, en faisant un geste vers Carine qui les a accueillis, elle et ses enfants, ainsi que trois autres familles, dans sa maison.

Avec leurs maigres revenus, elles parviennent à nourrir leur famille une fois par jour, mais s'inquiètent de la santé de leurs enfants. "Les quantités que nous mangeons sont très faibles", a déclaré Francine, qui dit qu'elle saute parfois son repas quotidien pour que ses enfants aient plus à manger.

 

Près de 27,3 millions de personnes en RDC sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë, soit une personne sur trois, ce qui fait que la RDC abrite le plus grand nombre de personnes ayant un besoin urgent d'assistance en matière de sécurité alimentaire au monde. Dans la province d'Ituri, où le programme d'urgence de Mercy Corps fournit une assistance vitale, plus de 1,7 million de personnes sont déplacées et près de la moitié de la population, soit 2 885 241 personnes, est confrontée à des niveaux de faim critiques.

Les familles déplacées sont parmi les plus vulnérables, puisque l'insécurité et la violence active les empêchent d'accéder à leurs champs, à leur nourriture et à leurs moyens de subsistance. Bien que beaucoup aient la chance de rester avec des familles d'accueil, leur présence réduit souvent les réserves de nourriture face à des ressources limitées, ce qui ajoute de la pression sur les communautés locales, augmente les besoins et alimente les tensions entre les PDI et les communautés d'accueil.

En tant que l'un des plus grands acteurs de l'aide en RDC, Mercy Corps répond à la fois aux besoins urgents des personnes déplacées fuyant les conflits et les catastrophes naturelles, et à ceux des communautés vulnérables qui les accueillent. Avec le soutien de UK Aid et d'ECHO, Mercy Corps, ACTED, Concern Worldwide, le Conseil norvégien pour les réfugiés et Solidarités International agissent en tant que consortium pour fournir une assistance stratégique pour les interventions d'urgence (SAFER) en RDC. En 2020, les partenaires SAFER ont soutenu plus de 950 000 personnes, en ciblant les ménages les plus vulnérables, parmi les déplacés et leurs hôtes.

 

Francine et Carine faisaient partie des 1195 ménages qui ont participé à une foire d'urgence de Mercy Corps près de Gety, dans la province de l'Ituri, en avril 2021, repartant avec des sourires enthousiastes et les mains pleines de nourriture et de matériel de cuisine, ainsi que des matelas pour que la famille puisse dormir et des vêtements de rechange pour les enfants.

"Aujourd'hui est un grand jour", a déclaré Francine, rayonnante. "Nous allons préparer un repas de fête pour les enfants", a-t-elle ajouté.

Les familles reçoivent des bons en fonction de la taille de leur foyer, avec lesquels elles peuvent acheter de la nourriture, des vêtements et des articles ménagers, pour les aider à surmonter le choc initial du déplacement. Les foires offrent un choix et un sentiment de dignité aux personnes confrontées à des situations difficiles. Elles assurent également le soutien et la pérennité des marchés locaux en y injectant des revenus supplémentaires et en contribuant à stimuler la reprise économique dans la région.

 

Mélanie Ausi Koudyo, 35 ans, sait malheureusement trop bien à quel point cette aide peut être importante pour les familles nouvellement déplacées. Cette mère de six enfants a perdu un bébé à cause de la malnutrition en février 2021, quelques semaines seulement après avoir fui le conflit dans son village.

"Ce soir, les enfants seront très heureux de manger du riz avec de la viande", a déclaré Mélanie, qui s'inquiète de ne pas avoir assez de nourriture, ni d'argent, pour répondre aux besoins de sa jeune famille.

Grâce à l'aide reçue de Mercy Corps, les membres de la famille de Mélanie disposent de denrées alimentaires pour un mois, ce qui leur permettront d'être soulagés de la faim pendant la phase de rétablissement de leurs moyens de subsistance.

"Je veux remercier Mercy Corps pour son aide", a déclaré Melanie, rayonnante.

 

English version:

In images: Helping families bounce back after the shock of displacement

Francine Munoro, 36, fled her home in October 2020 as gunfire sounded out around her. From bushes near her house, she watched in horror as armed men opened fire, killing her neighbours.

When Francine and her seven children arrived in the nearby town, the church and school were already full of displaced people and so they slept outside, huddled with other families in front of the local chief’s house.

After a month, they decided to take a chance and go back to their village, but found their house and land occupied by the assailants. “We couldn’t enter our fields as they were full of explosives,” said Francine, whose family had long subsisted off their farmland. “Sometimes the harvest was good, other times it was not, but we always had enough to eat,” she said, recalling their home-grown potatoes, beans and corn.

Francine and her husband returned to town, where they continued to sleep outside, until they met Carine Love, 29, a mother of five. “She’s my sister now,” said Francine, gesturing to Carine who welcomed her and her children, alongside three other families, into her house.

Pulling together their meagre earnings, they manage to feed their families once a day, but worry about the health of their children. “The quantities we eat are very small,” said Francine, who says she sometimes skips her daily meal, so her children have more to eat.

Nearly 27.3 million people in DRC face acute food insecurity, or one in three people, making DRC home to the highest number of people in urgent need of food security assistance in the world. In Ituri province, where Mercy Corps’ emergency program provides life-saving assistance, more than 1.7 million people are displaced and almost half the population, or 2,885,241 people face crisis levels of hunger.

Displaced families are among the most vulnerable, with insecurity and active violence preventing them from accessing their fields, food and livelihoods. Although many are fortunate to stay with host families, their presence often stretches limited food supplies and resources, adding strain on local communities, increasing needs and fuelling tensions between IDPs and host communities.

As one of the largest aid actors in the DRC, Mercy Corps is responding to the urgent needs of displaced people escaping conflict and natural disasters, and the vulnerable communities hosting them. With the support of UK Aid and ECHO, Mercy Corps, ACTED, Concern Worldwide, Norwegian Refugee Council, and Solidarités International act as a consortium to deliver Strategic Assistance for Emergency Response (SAFER) in the DRC. In 2020, SAFER partners supported more than 950,000 people, targeting the most vulnerable households, among the displaced and their hosts.

Francine and Carine were among 1195 households that participated in a series of Mercy Corps emergency fairs near Gety, Ituri province in April 2021, leaving with excited smiles and hands full of food and kitchen supplies, alongside mattresses for the family to sleep on and a spare change of clothes for the children. Set across the villages of Lagabo, Lakpa, Nombe and Tsarukaka, the two-day-long, market-like fairs, included 891 displaced families and 304 families from the host community, with 50% of the participating households including four to six family members.

"Today is a great day,” said Francine, beaming. “We will prepare a celebratory meal for the children,” she said.

Families receive vouchers based on their household size, with which they can purchase food, clothes and household items, to help them through their initial shock of displacement. The fairs provide choice and a sense of dignity for people facing difficult situations. They also ensure local markets are supported and sustained by injecting additional income into the local market and helping to simulate the area’s economic recovery.

Melanie Ausi Koudyo, 35, knows too well how important this assistance can be for newly displaced families. The mother of six lost a newborn child to malnourishment in February 2021, just weeks after fleeing conflict in her village.

“Tonight, the children will be very happy to eat rice with meat,” said Melanie, who worries about not having enough food, nor money, to meet her young family’s needs.

Thanks to the assistance received from Mercy Corps, Melanie’s family will have food supplies to last the family for a month, providing urgent relief from hunger as they begin the process of rebuilding their livelihoods.

“I want to thank Mercy Corps for their help,” said Melanie, beaming.