Le Mobile Money pour mettre les commerçants hors du danger

Mercy Corps en partenariat avec Orange Money pour des communautés du Nord-Kivu

Congolese man displays phone with cash distribution app.

Read the English version ▸

Pour les communautés vivant dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu, se déplacer avec de l’argent liquide peut mettre leurs vies en danger.  L'insécurité qui règne depuis longtemps dans la région imprègne la vie quotidienne et les moyens de subsistance des producteurs et commerçants, qui craignent souvent d'être pris pour cible par des voleurs ou des groupes armés.

« L’argent met tout le monde en insécurité ici, à la merci des kidnappings et des tueries », déclare Binti Muhire,* une agricultrice.

Membre active  de sa coopérative de producteurs locaux et de l'association villageoise d'épargne et de crédit initiée par Mercy Corps, cette mère de trois enfants, âgée de 26 ans, effectue plusieurs transactions financières par semaine pour acheter, vendre et épargner. Se déplacer avec de l’argent liquide est vital pour  Binti, mais aussi dangereux.

« Dans mon groupe d’épargne, tout le monde a peur de garder l’argent épargné par les membres, de peur d’être attaqué la nuit par des voleurs ou des groupes armés », a-t-elle déclaré. 

L'insécurité de la région entrave depuis longtemps le développement du secteur agricole, affectant aussi bien les petits producteurs que les commerçants et transporteurs. 

Trouver des solutions par le biais de partenariats public-privé

Depuis 2017, le programme FARM de Mercy Corps financé par l'ambassade du Royaume des Pays-Bas à Kigali, s'est associé à des institutions publiques et privées, dont le gouvernement congolais et des entreprises du secteur privé, pour trouver des solutions à ces obstacles. Par le biais de partenariats public-privé, le programme vise à faciliter l'accès durable aux produits et services dont les producteurs agricoles et marchands ont besoin pour améliorer leur productivité, financer leurs entreprises et accéder aux opportunités de marché. 

Dans les zones d’intervention du programme FARM, au Nord Kivu, cette approche a permis de réduire les risques liés au transport et à la conservation de l'argent liquide. Début 2020, le programme FARM de Mercy Corps a pris contact avec la société de télécommunications congolaise Orange, afin d'étudier comment son service de paiement mobile - qui permet aux utilisateurs de déposer de l'argent, de payer des factures et d'effectuer des transferts d'argent via un compte lié à leur numéro de téléphone - pourrait profiter aux petits producteurs et commerçants des territoires de Rutshuru et Masisi au Nord-Kivu.

À l'époque, la pandémie COVID-19 avait atteint la RDC et les commerçants comme Binti étaient confrontés à de nouveaux défis, notamment des risques sanitaires et des restrictions de mouvement qui limitent leur capacité à accéder aux marchés urbains, ce qui avait pour effet de réduire leurs revenus. Lorsque les restrictions ont été levées en juillet 2020, les producteurs et les commerçants ont repris leurs activités de subsistance, mais avec un risque accru d'exposition au virus en raison de la nécessité de voyager et d'effectuer des transactions en face à face. 

Éliminer les risques liés au transport d'argent

En raison d'indications de plus en plus nombreuses selon lesquelles les transactions sans numéraire peuvent réduire les risques pour les producteurs et les commerçants, Mercy Corps FARM et Orange Money ont signé un accord de co-investissement, dans le but d'étendre le réseau Orange et son service de monnaie téléphonique aux coopératives agricoles et aux petites et moyennes entreprises des territoires de Rutshuru et Masisi. Le modèle de co-investissement, dans lequel chaque partie apporte une contribution, réduit la part de risque des entreprises privées, les encourageant à explorer de nouveaux marchés et à approcher des clients autrement exclus des canaux de distribution et de commercialisation parce qu'ils sont considérés comme trop risqués financièrement.

Pour lancer le partenariat, Mercy Corps a facilité des missions exploratoires dans les territoires de Rutshuru et Masisi, ce qui a permis à Orange de mieux cerner le marché potentiel. Le programme a ensuite invité les représentants de plus de 40 coopératives et de dizaines de petites et moyennes entreprises (PME) soutenues par le programme à participer aux ateliers de réseautage organisés avec Orange. Là, les agents d'Orange ont fait des démonstrations du service Orange Money et les participants ont pu obtenir des réponses à leurs questions.

Pour toucher un public encore plus large, Orange et FARM ont ensuite produit des spots radio qui ont été diffusés par les radios partenaires du programme, afin d'informer les commerçants, les marchands et les producteurs locaux de l'existence et du fonctionnement du service. 

Ces efforts ont encouragé un grand nombre de personnes à rejoindre le service, Orange ayant enregistré une augmentation de 126 % de sa base d'abonnés entre août et décembre 2020.
Pour les revendeurs Orange Money vivant dans les territoires de Rutshuru et Masisi, comme  Baraka Muhoz, âgé de  27 ans, du village de Tshengerero, cela s'est traduit par un net regain d'intérêt pour le service d'argent mobile.

Congolese woman sitting at a desk.
Pour Binti Muhire, le service de paiement mobile est une solution aux risques dont souffre la population depuis des années.

« Il m’arrivait de passer toute une semaine voire un mois sans avoir de clients », explique Baraka, qui est l'aîné de sept enfants et utilise ses revenus pour faire vivre sa famille. 

« Les gens ici n’utilisaient pas Orange Money et c’était difficile pour moi de les sensibiliser. Maintenant j’ai au moins 4 personnes qui viennent vers moi pour retirer et envoyer de l’argent chaque jour », a-t-il déclaré. 

À lui seul,  Baraka a augmenté ses revenus de 15 à 40 dollars par mois et il utilise cet argent supplémentaire pour investir dans son éducation. « Je n’ai jamais rêvé d'avoir une somme de 40$ le mois. Grâce à cela, j’ai repris mes études universitaires et je contribue maintenant à la scolarité de mes petits frères et sœurs », a-t-il déclaré. « C’est vraiment au-delà de mes rêves ce qui m’arrive en ce moment ».

Connecter les communautés grâce au réseau Orange  

L'intérêt suscité par le programme a encouragé Orange à réaliser de nouveaux investissements dans les deux territoires, allant du recrutement d'une vingtaine de nouveaux agents Orange Money à l'installation de trois nouvelles antennes, reliant au réseau Orange les villages de Bambu et Kiseguru à Rutshuru, et le village de Kirumbu à Masisi. Pour ces communautés rurales, les nouvelles antennes offrent de nouvelles possibilités de commerce et de connexion avec les commerçants, les marchands, les amis et la famille plus éloignée.

Grâce au partenariat entre Mercy Corps et Orange Money, des milliers d'agriculteurs ainsi que des propriétaires de petites et moyennes entreprises du Nord-Kivu ont désormais accès à un service d'argent mobile pour réduire leur dépendance à l'argent liquide face aux risques d’insécurité et aux mesures sanitaires COVID-19.  

Pour des producteurs comme Binti, les avantages de ce partenariat vont bien au-delà de la valeur marchande. 

« Aujourd'hui, grâce au programme FARM et son partenaire Orange, nous pouvons dormir en paix la nuit », a déclaré Binti, qui s'est inscrite aux côtés d'autres membres de son organisation de producteurs et qui effectue désormais une grande partie de ses transactions par téléphone, notamment au nom de son association villageoise d’épargne et de crédit. 

« Cette initiative a changé non seulement ma vie mais aussi celles des gens de mon village. Pour moi, Orange Money est la solution aux vols, kidnappings, tueries ainsi que des pillages en route que nous subissons depuis des années », dit-elle.

Pour Binti Muhire*Orange Money est la solution de risques dont la population subissait depuis des années. 

*Les noms ont été changé


English version:

Mobile money to keep merchants out of harm's way

Mercy Corps and Orange partnering for communities in North Kivu

For communities living in North Kivu’s Rutshuru territory, carrying cash can be deadly. The region’s long-standing insecurity permeates the daily lives and livelihoods of traders and merchants, who often fear being targeted by thieves or armed groups. 

“Money makes everyone here insecure and at the mercy of kidnappings and killings,” said small-scale producer,  Binti Muhire.*

An active member of her local producers’ cooperative and Mercy Corps-initiated village savings and loans association, the 26-year-old mother of three carries out several financial transactions per week to buy, sell and save. Having money on hand is vital for Binti, but also dangerous.

"In my savings group, everyone is afraid to keep this money, for fear of being attacked at night by thieves or armed groups,” she said. 

The region’s insecurity has long hampered the development of the agricultural sector, starting with risks to small-scale producers and moving up the value chain. 

Finding solutions through public-private partnerships

Since 2017, Mercy Corps’ FARM program financed by the Embassy of the Kingdom of the Netherlands in Kigali, has partnered with public and private institutions, including the Congolese government and private sector companies, to find solutions to these obstacles. Through public-private partnerships, the program aims to facilitate sustainable access to the products and services that agricultural producers and traders need to improve their productivity, finance their businesses and access market opportunities. 

In North Kivu, this has meant eliminating the risks associated with carrying and keeping cash. In early 2020, Mercy Corps’ FARM program reached out to the Congolese telecommunications company Orange, with the view of exploring how their mobile payment service – which allows users to deposit money, pay bills and make money transfers through an account linked to their phone number – could benefit small producers and merchants in North Kivu’s Rutshuru and Masisi territories.

At the time, the COVID-19 pandemic had reached DRC and traders like Binti were facing new challenges, including health risks and movement restrictions that limited their ability to access urban markets, effectively curbing their income. When restrictions were lifted in July 2020, producers and traders resumed their livelihood activities, but with greater risk of exposure to the virus due to the necessity of travel and carrying out face to face transactions. 

Eliminating risks of carrying cash

With compounding indications that cashless transactions may reduce risks for producers and merchants, Mercy Corps FARM and Orange Money signed a co-investment agreement, with the aim of extending the Orange network and its telephone money service to agricultural cooperatives and small and medium sized enterprises in the Rutshuru and Masisi territories. The co-investment model, in which each party makes a contribution, reduces the share of risk for private companies, encouraging them to explore new markets and approach customers otherwise excluded from distribution and marketing channels because they are considered to be too financially risky. 

To launch the partnership, Mercy Corps facilitated exploratory missions to the Rutshuru and Masisi territories, which gave Orange a better idea of the potential market. The program then invited representatives from more than 40 cooperatives and dozens of small and medium-sized enterprises (SMEs) supported by the program to Orange networking workshops. There, Orange agents conducted demonstrations of the Orange Money service and participants were able to have their queries answered.

To reach an even larger public, Orange and FARM then produced radio spots for broadcast by the program’s partner radios, to inform local traders, merchants and producers about the existence and operation of the service. 

These efforts encouraged a large number of people to join the service, with Orange recording a  126% increase in its subscriber base between August and December 2020.

For Orange Money resellers living in the Rutshuru and Masisi territories, like 27-year-old Baraka Muhoza* from Tshengerero village,  this resulted in a marked boost in interest in the mobile money service.

“Sometimes I would go a whole week or even a month without having customers,” said Baraka, who is the eldest of seven children and uses his income to support his family. 

“People here did not use Orange Money and it was difficult for me to raise awareness. Now I have at least 4 people coming to me to withdraw and send money every day,” he said. 

 Baraka alone has increased his income from a mere $15 to $40 per month and is using the extra money to invest in his education. “I never dreamed of making $40 a month. Thanks to this, I have resumed my university studies and I am now contributing to the education of my little brothers and sisters,” he said. “It is really beyond my dreams what is happening to me right now." 

Connecting communities through the Orange network  

The interest in the program has encouraged Orange to make new investments in the two territories, from recruiting at least 16 new money resellers to installing three new antennas, connecting the villages of Bambu and Kiseguru in Rutshuru, and the village of Kirumbu in Masisi to the Orange network. For these rural communities, the new antennas offer new opportunities for trade and connection with merchants, traders, friends and family further afield.

As a result of the Mercy Corps-Orange Money partnership, thousands of farmers as well as small and medium business owners in North Kivu now have access to a mobile money service to reduce their reliance on cash in the face of ongoing security risks and COVID-19 health measures.  

For producers like Binti, the benefits of this partnership go well beyond the market value. 

"Today, thanks to the FARM program and its partner Orange, we can sleep peacefully at night,” said Binti who registered alongside other members of her producer organisation and now conducts a large part of her transactions using the phone system, including on behalf of her Village Savings and Loan association. 

"This initiative has changed not only my life but also the lives of the people in my village. For me, Orange Money is the solution to the robberies, kidnappings, killings and en-route looting that we have suffered for years," she said. 

*Names changed